Pour la seconde fois, Castel Live ouvre la saison des festivals musicaux de la région dans le cadre enchanteur du Château de Duillier. Sur trois soirs, douze groupes se produiront sur deux scènes. Portrait de Castel Live et rencontre avec Sophie Humbert, membre fondatrice du festival.

La famille Humbert s’est mobilisée il y a deux ans pour créer un festival de musique au sein de l’enceinte du Château qui est leur. Le but : promouvoir la musique de la région, ainsi que leurs vins, dans un cadre chaleureux et sans prétention. Castel Live 2015 était une première, plutôt bien réussie puisque les Humbert ont remis le couvert cette année. Sur ce domaine viticole, les grands espaces de la grange et les combles des anciennes écuries ont permis la mise en place de deux scènes, trois bars et une cantine. De quoi accueillir du beau monde, et à l’abri au cas où le temps ne serait pas de la partie.


Dans une ambiance donc unique, le festival propose douze groupes de Suisse romande aussi bien pop, rock, reggae, celte ou encore chanson française. Jeudi 1er juin, première soirée de ce cru 2017, se produisait les deux comparses de The Two, un duo blues qui a su mettre la foule en délire. Vendredi, les festivaliers sont venus en masse pour voir Junior Tshaka, quant à samedi Hits In The Box clôturait les festivités de cette année. Au total, pas moins de 1’500 personnes se sont rendues au Castel Live pour cette seconde édition.


Autre point non négligeable que les membres fondateurs de Castel Live aiment à s’appliquer : l’importance à de proposer une restauration soignée, issus de produits locaux et de saison, ainsi qu’un service et un accueil de grande qualité afin de se démarquer des autres offres festivalières des environs. Le festivalier est donc aux petits soins durant son passage au Château !
Sophie Humbert, présidente et membre fondatrice du Castel Live, se livre sur ce festival de village qui prend de l’ampleur à grande vitesse.



Comment s’est déroulée cette première soirée Castel Live 2017 ?

Ce fut une première soirée réussie avec une ambiance cosy. Environ 300 personnes sont venues, ce qui est un très bon chiffre à nos yeux.



D’où est venue l’idée de créer un festival de musique dans votre domaine viticole ?

L’idée est venue suite à de longues discussions de fin de soirée autour d’un verre. Nous faisons beaucoup d’événements au sein du Château mais nous n’avions jamais fait de festival. Au vu de la place et du décor, nous nous sommes dit que le lieu se prêtait pour un événement musical.



Pourquoi établir le festival tous les deux ans et non pas chaque année ?

Nous avons décidé de renouveler le festival tous les deux ans car nous avons beaucoup d’autres événements le reste de l’année, dont le Carlaton, théâtre amateur de Duillier, qui fait un spectacle tous les deux ans également, les années paires. Et nous débutons l’organisation plus d’un an et demi en avance. Réaliser le Castel Live tous les ans nous serait donc impossible. Même si ce n’est pas l’envie qui manque !


Avez-vous eu un retour de Daniel Rossellat (Paléo Festival), Tony Lerch (Caribana Festival) ou encore de Pierre et Laurent Nicolas (JVAL Festival) concernant votre événement ?
Le seul retour que nous avons eu vient de la part de Tony Lerch, président du Caribana Festival, qui a offert à son équipe infrastructure vingt billets pour le samedi soir afin de profiter et faire une “pause” montage. Nous avions également eu contact avec le JVAL en 2014 pour organiser notre première édition, ils ont su nous apporter de bons conseils.



Comment procédez-vous pour l’élaboration de la programmation musicale ?

Chaque membre du comité vient avec ses propositions, découvertes et coup de coeur. Chacun présente ce qu’il a trouvé et pourrait être sympa. En principe, l’artiste doit être apprécié par tout le comité pour être validé. Nous diversifions au maximum les styles musicaux. Nous commençons nos recherches une année avant l’événement afin de clôturer la programmation cinq à six mois en avance, dans l’idée notamment de pouvoir lancer la publicité le plus rapidement possible.



Vous fait la part belle aux artistes suisses, principalement de la région. Pour quelles raisons ?

C’est une volonté du comité que les groupes soient suisses, il s’agit de promouvoir la musique que nous avons chez nous. Nous avons en Suisse romande d’incroyables groupes, de vraies pépites, des groupes variés de qualité, alors il est important de les faire découvrir !



Castellive 2019 sera….

On espère que l’édition 2019 sera plus belle encore !!!